Binaires Options Marchés Critiques 07/01/2013

 Le Congrès évite la falaise fiscale par une solution à court terme

 Après le mélodrame de la « Falaise Fiscale » (les hausses d’impôts et réductions budgétaires devaient entrer en vigueur début 2013), la Chambre des représentants américaine a approuvé mercredi un projet de loi évitant de « tomber de la falaise ». Il convient de souligner que le compromis passé entre les Démocrates et les Républicains a empêché l’entrée en récession immédiate de l’économie américaine et entraîné de fortes hausses sur les marchés boursiers mondiaux dès l’annonce de l’accord. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il reste encore beaucoup de travail à faire en vue de résoudre les problèmes budgétaires américains, dont l’accord qui vient d’être conclu a révélé l’ampleur.

Le premier problème réside dans l’ajournement des réductions budgétaires. En effet, l’accord actuel se concentre principalement sur les impôts tandis que les décisions concernant les coupes budgétaires massives ont été repoussées. En outre, les dirigeants américains devront rediscuter pour résoudre la question dans les deux mois puisque, début mars, le budget du gouvernement devrait automatiquement être amputé de 110 milliards de dollars.

Le deuxième problème est que le « plafond de la dette » n’a pas été relevé. Dans quelques semaines, la dette du gouvernement américain aura atteint la limite autorisée par la loi, soit 16 400 milliards de dollars, et il n’aura plus aucune possibilité de continuer à se financer sur les marchés. Il est à noter que le débat concernant le relèvement du plafond de la dette promet d’être ardu. D’un côté, les Républicains qui ont perdu la bataille du mur budgétaire devraient exploiter le thème du plafond de la dette pour obliger l’administration Obama à appliquer de nouvelles coupes budgétaires, notamment dans les programmes d’assurance maladie et de sécurité sociale. De l’autre côté, le président Obama a déclaré que les réductions budgétaires ne seront pas négociées avec les Républicains et que, afin de résoudre le problème du plafond de la dette, il optait pour une réforme fiscale plutôt que pour une réduction des dépenses.

La négociation sur le relèvement du plafond de la dette sera le cinquième débat de ces deux dernières années concernant les questions budgétaires américaines. Lors de chacune des récentes discussions, les décideurs politiques sont parvenus à une solution, quoiqu’à la toute dernière minute.

Réaction des agences de notation : après la conclusion de l’accord, Moody’s a déclaré que d’autres mesures devaient être prises afin de maintenir la cote de crédit américaine à son niveau actuel. Moody’s a observé que « Notre position sur la notation est d’attendre et voir le résultat de tout ceci dans les prochains mois, avant toute décision concernant les perspectives de notation ou la notation elle-même. Il s’agit d’une étape importante, mais ce n’est que la première », ajoutant que « une absence de mesures supplémentaires en vue de réduire le déficit pourrait avoir une incidence négative sur la notation ». S&P a noté que l’accord conclu n’affectait pas la perspective « négative » de la cote de crédit des États-Unis, et que les responsables politiques avaient encore fort à faire à ce sujet.

Économie mondiale : améliorations aux États-Unis et en Chine, récession en Europe et au Japon

La semaine dernière a été marquée par la publication de l’indice ISM (indices des directeurs d’achats) dans le monde entier. L’indice ISM manufacturier mondial a légèrement augmenté en décembre, atteignant les 49.8. Si l’ISM annonce une perspective de croissance du secteur industriel aux États-Unis et en Chine, il signale en revanche une contraction supplémentaire de l’économie pour l’Europe et le Japon. Outre l’indice ISM, nous indiquons ci-après les principales données publiées la semaine dernière.

États-Unis : la plupart des données économiques publiées aux États-Unis la semaine dernière ont été positives. Les données américaines du marché du travail (NFP) de décembre indiquent que les embauches dans le secteur privé n’ont pas été affectées par les préoccupations concernant le mur budgétaire ; le montant net des financements du secteur privé a en effet été relativement plus élevé que prévu. De plus, le volume de commandes passées aux usines américaines (hors transports) a augmenté au cours des trois derniers mois atteignant un taux annuel de 9,9 % (contre seulement 1,2 % de hausse l’année dernière), et l’ISM non manufacturier a grimpé plus que prévu jusqu’à son plus haut niveau depuis février 2012.

Europe : les données économiques en provenance de la zone euro continuent à montrer des signes de récession. L’estimation définitive de l’ISM du secteur industriel pour la zone euro indique une légère baisse, au niveau de 46.1. L’indice correspondant pour le secteur des services a en fait augmenté fortement en décembre au niveau de 47.8 (contre 46.7 en novembre), induisant une hausse de l’ISM composé tous secteurs confondus en zone euro de 47.2 (contre 46.5 en novembre). Malgré la hausse, l’indice pondéré continue à se situer en dessous du seuil des 50 points pour le onzième mois consécutif, et son niveau indique qu’il faut s’attendre à une prochaine contraction de l’économie dans la zone euro.

Publications et événements économiques de la semaine

 Une série de données majeures seront publiées cette semaine, dont :

Mardi : Indicateur de confiance des consommateurs en zone euro pour décembre (pas de changement attendu), indicateur du sentiment économique en zone euro pour décembre (légère augmentation attendue), ventes au détail en zone euro pour novembre et taux de chômage en zone euro (légère augmentation attendue à 11.8 %)

Mercredi : Indice de la production industrielle allemande pour novembre

Jeudi : décision concernant le taux directeur de la BCE (pas de changement attendu)

Vendredi : données de novembre sur la balance commerciale des États-Unis et Chine, données sur l’inflation en Chine (IPC, IPP)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Pin It

Leave a Comment

Author: David Wilson